5 raisons pour construire et rénover un bâtiment avec résilience


5 raisons pour construire et rénover un bâtiment avec résilience

5 raisons pour construire et rénover un bâtiment avec résilience

Lors de ces dernières années, le monde a vécu plus de catastrophes naturelles : canicules et inondations plus fortes ou plus fréquentes, tornades, cyclones, tsunamis, tempêtes et épisodes de grêle plus soudaines ; en témoignant ces évènements, plusieurs logements sont devenus inhabitables. 

Toutefois, celles-ci sont menées à se multiplier, voir s’aggraver, dans les années à venir, résultat du changement climatique.  

Force est de constater que ces événements extrêmes et leur récurrence croissante engendrent une dégradation prématurée des bâtiments ; ceci est, évidemment, susceptible de mettre en danger la vie de leurs habitants. 

À fin de faire face aux aléas climatiques actuels et futurs, il est essentiel d’intégrer davantage le concept de la résilience aux projets de construction et de rénovation de tout type de bâtiment, surtout ceux destiner à l’habitation. En effet, la résilience s’agit de la capacité d’un système à s’adapter et à retrouver son fonctionnement normal après toute perturbation ; un bâtiment résilient désigne alors tous les bâtiments neufs, rénovés ou reconstruits, conçus pour faire face aux aléas naturels et climatiques.  

Aujourd’hui, la construction de bâtiments résilients constitue un champ faiblement exploité ; il est encore vu comme un investissement comblé des risques dans plusieurs pays. Voici alors 5 arguments expliquant pourquoi doit-on prendre en compte le concept de résilience lors de nos constructions et innovations futurs :  

1. La sécurité des occupants : 

La construction d’un bâtiment résilient veut dire construire un bâtiment sécurisé, capable de faire face aux perturbations et de tenir coup même face aux évènements météorologiques extrêmes (séismes, fortes inondations, tornades, épisodes de sécheresse, canicules, etc.). Une conception résiliente assure donc la sécurité de ses occupants tout au long de son cycle de vie. 

2. Une facture optimisée : 

L’intégration des mesures d’adaptation au climat, dès la phase de la conception à celle du bâti, entraîne généralement une optimisation du coût global du projet de la construction, et cela, même si le coût de la conception, voire parfois celui de la construction, d’un bâtiment résilient augmente significativement en liaison avec le recours à la technologie ainsi que d’autres méthodologies de travail innovantes. Bien que les risques soient pris en compte dès la conception du bien résilient, les coûts de son exploitation sont à diminuer, tout au long de son cycle de vie. 

3. Un retour à la normale plus rapide : 

Étant conçu au premier lieu pour réagir et s’adapter aux catastrophes, le bâtiment résilient peut être remis en fonction plus rapidement après perturbation. Ceci est avantageux pour une maison, mais c’est encore crucial pour d’autres types de bâtiments comme les hôpitaux, les entreprises, les administrations publiques et tous ceux à utilité sociale et économique où, par exemple, on ne peut manquer d’électricité ou d’eau pendant plusieurs jours. Ceux-ci ont primordialement tout intérêt à miser sur un bâtiment résilient, capable de surmonter les perturbations rapidement. 

4. Un bâtiment écologiquement responsable : 

Une conception résiliente répond également à des problématiques environnementales ; bien qu’elle oriente vers des choix durables (matériaux biosourcés, végétalisation, solutions de rafraîchissement passives, etc.), elle contribue à la diminution de l’empreinte carbone du bâtiment construit ou rénové. 

5. Un aménagement urbain facile à être financé : 

Plus les villes sont prêtes à faire face aux imprévus, plus les investisseurs s’encouragent à financer leurs projets d’aménagement et d’immobilisation. Bien sûr, les villes sont évaluées pour leur résilience, leur tolérance au risque et leur capacité à traverser les perturbations, surtout les évènements météorologiques extrêmes qui sont capables de fragiliser, voir détruire, les infrastructures des villes, par les organisations finançant leurs projets d’aménagement et d’immobilisation. Les municipalités ont donc tout intérêt à prendre en compte la résilience des bâtiments et infrastructures des villes et leur capacité à résister et à se protéger des catastrophes et à devenir des modèles de résilience urbaine. 

La réflexion sur la résilience met l’accent sur plusieurs maux dont les villes souffrent aujourd’hui, elle n’implique pas seulement des réponses techniques, mais aussi des solutions environnementales et sociales permettant une préservation de l’environnement aussi qu’un confort sûr et optimal pour les habitants. 

Rédigé par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword