L’architecture islamique : une influence emblématique sur l’architecture marocaine


L’architecture islamique : une influence emblématique sur l’architecture marocaine

L’architecture islamique : une influence emblématique sur l’architecture marocaine

L’architecture islamique est connue comme étant l’une des courants architecturaux qui ont remarquablement influencé l’architecture marocaine ; c’est l’Islam qui a influencé le mode de vie et la culture marocaine plus que toute autre religion. L’élégance et l’ornementation de l’architecture musulmane avec ses tuiles, ses fontaines, son design géométrique et ses ornements floraux sont devenus la marque du Maroc traditionnel dans notre perception moderne
 
Une architecture islamique plutôt d’Andalousie que du Moyen-Orient : 
 
Le Maroc possède le patrimoine architectural islamique le plus riche d’Afrique du Nord. L’influence de l’Islam a été initiée par les musulmans de l’Andalousie qui ont été expulsés d’Espagne à la suite de la Reconquista chrétienne menée par le roi Ferdinand et la reine Isabelle en 1492. Ce style andalou, qui était une riche fusion de la créativité européenne et arabe, a eu une influence architecturale bien plus grande que celle du Moyen-Orient
 
En effet, le Maroc a été au centre du mouvement architectural hispano-mauresque pendant près de six siècles (11-17e siècle). L’Algérie et la Tunisie sont passées sous l’empire ottoman, alors que le Maroc a maintenu son indépendance et a résisté aux Ottomans. Le patrimoine architectural islamique précoce du Maroc a été enrichi par la conquête arabe au septième siècle et également par la culture berbère indigène qui continue de prospérer aujourd’hui. 
 
Une architecture distinctive par ses formes gracieuses et élégantes : 
 
En raison de l’interdiction par l’Islam de toute représentation humaine, la plupart des arts décoratifs sont, à nos jours, basés sur des motifs géométriques, souvent complexes, des arabesques et des motifs floraux. L’écriture cursive ou coufique occupe également une place importante. 
 
Ces motifs peuvent être réalisés en pierre, en brique ou en bois, mais l’art hispano-mauresque privilégie deux matériaux. Le premier, le stuc, était appliqué sous forme de plâtre sur des surfaces recouvertes de clous et sculptées alors qu’elles étaient encore humides, souvent en forme de stalactites. Le second, le zellige sur panneaux, qui est un élément décoratif d’origine marocaine. 
 
Au nombre des autres signes remarquables de l’influence islamique sur l’architecture africaine marocaine, on cite les fontaines, les boiseries et les carreaux ornés. L’architecture islamique se distingue sur les différents bâtiments du Maroc par son caractère hautement décoratif et sa disposition intentionnelle.  
 
À cette époque, les architectes africains incluaient des cours dans les palais, les places et les maisons. Cela permettait aux marocains de distinguer les lieux de réunions publiques des zones où l’intimité était cruciale. Les arcs en fer à cheval sont considérés des caractéristiques distinctives de l’architecture islamique et se retrouvent systématiquement dans les entrées des maisons et des palais où ce style d’architecture a été adoptée, alors que les minarets élevés, les tours et les dômes finement décorés sont un rappel étonnant de l’impact de l’Islam sur l’architecture du Maroc. 
 
L’ornementation élaborée de l’architecture islamique fait partie des caractéristiques omniprésentes, depuis longtemps, dans toutes les mosquées, qui continuent à marquer l’horizon du ciel de notre Royaume. 
 
Quant aux matériaux utilisés, notamment pour l’intérieur du bâtiment, ils n’étaient pas choisis que pour leur valeur esthétique mais également pour leur capacité isothermique ; ils étaient délibérément utilisés pour maintenir la fraîcheur des bâtiments.  
 
Malgré l’élégance des caractéristiques de l’Islam sur l’architecture africaine au Maroc, les architectes africains se méfiaient toujours de la guerre perpétuelle qui définissait le Maroc à l’époque. C’est pour ceci que des murs impressionnants continuent d’entourer les grandes villes marocaines

Rédigé par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword