Le marché locatif au Maroc : influences et tendances


Le marché locatif au Maroc : influences et tendances

Le marché locatif au Maroc : influences et tendances

Le coût de la vie, les opportunités professionnelles, le rattachement de certaines villes aux activités industrielles, commerciales et agricoles sont tous des facteurs qui influencent significativement les prix de logement d’une ville à une autre. 

Au Maroc, les prix du loyer connaissent une grande disparité d’une ville à autre.  

Tendances des prix de location :  

Selon le site web combien-coute.net, au Maroc, les régions de Rabat-Salé-Kenitra et de Casablanca-Settat concentrent les loyers les plus chers du royaume. La ville de Casablanca reste la ville au loyer moyen le plus coûteux, avec 8 523 dirhams pour un appartement 3 pièces au centre-ville, suivie de Rabat avec 7 960 dirhams. La ville de Mohammédia vient dans la troisième position avec 7 000 dirhams pour le même type de bien.  

En Afrique du Nord, la Libye vient en premier du classement nord-africain du prix moyen de location avec un montant à débourser de 7 853 dirhams pour un appartement 3 pièces. Le Maroc occupe la deuxième position avec 5 275 dirhams, suivi de l’Égypte avec 3 739 dirhams. La Tunisie et l’Algérie restent les deux pays d’Afrique du Nord les moins chers avec respectivement 2 960 DHS et 2 559 dirhams. 

Facteurs d’influence :  

La taille, l’emplacement et l’état du bien immobilier font partie des facteurs qui peuvent influencer les prix de loyer d’un bien immobilier. En addition, la croissance économique, la disponibilité d’emplois locaux, la fourniture et la demande de logement, qui échappent souvent au contrôle du propriétaire du bien immobilier, ont un impact majeur sur la somme que vous devez débourser mensuellement à votre bailleur. 

  • Les économies locales : elles influent sur le marché de l’immobilier local comme la possibilité d’emploi et des revenus qui peuvent influencer sur les prix de logement. Historiquement, quand l’économie s’améliore et les taux de chômage baissent, la demande de logement augmente. L’augmentation des revenus peut aussi contribuer dans la hausse des prix de location car nombreux sont les gens qui vont se trouver dans une situation financière favorable pour louer un logement ; ce qui affecte l’offre de logements disponibles à la location. Par exemple, le loyer mensuel déboursé pour un appartement de 3 pièces à Casablanca (8 523 dirhams), capital économique du Maroc, constitue le triple de celui d’un appartement aux mêmes caractéristiques à Nador (2 667 dirhams). 
  • Les changements de la démographie de la population : ils influencent surtout le type de logements qui sont à la demande. Par exemple, la réduction des effectifs engendre l’augmentation de la demande pour les petites propriétés at baisse celle des logements de grandes tailles. Par conséquent, le prix des logements de petites tailles enregistre une hausse quant aux propriétés de grandes tailles, leurs prix de location baissent. 
  • Facteurs liés au bien immobilier : des facteurs tels que l’état, l’emplacement et le type du bien immobilier ont aussi une influence importante sur le prix du loyer. L’état (neuf, ancien, qualité de finitions de bien, agencement des pièces, ensoleillement, disposition d’un balcon, etc.) et l’emplacement d’un bien par rapport au centre-ville, aux transports, aux écoles, aux universités et aux hôpitaux est étroitement lié à son prix. La croissance de demande pour un type spécifique engendre l’augmentation de son prix de location et la baisse de celui des autres types.  

Le Marché locatif au Maroc, est aussi conditionné d’une manière directe, par le comportement des prix de l’immobilier sur les différentes régions du Royaume. Plus la cadence a tendance d’être flambante, plus les choix des citoyens ainsi qu’étrangers se dirigent vers le locatif, et vice-versa. 

Rédiger par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword