La Smart City Africaine, un chantier d’envergure au Maroc


La Smart City Africaine, un chantier d’envergure au Maroc

La Smart City Africaine, un chantier d’envergure au Maroc

À l’ombre des enjeux de développement urbain et de croissance démographique, le monde se soucie toujours du risque de la surpopulation, principalement dans les grandes villes ; un risque qui engendre des défis de management efficace et inclusif des villes, soit en matière d’optimisation des ressources, de facilitation de l’accès aux services par les citoyens ou en matière d’instauration de politiques de gouvernance urbaine. 

L’Afrique, à l’horizon 2100, verra sa population passer à 4,4 milliards d’habitants (40 % de la population mondiale), selon un rapport de l’ONU publié en 2017. Cette croissance démographique allant de pair avec une urbanisation galopante et anarchique, pose avec acuité la question de l’aménagement des espaces. 

Le concept Smart City, désignant une ville utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le but d’améliorer la qualité des services urbains et de réduire leurs coûts, est alors une véritable solution pour vaincre les challenges de la surpopulation, particulièrement, des zones urbaines. 

Casablanca, un modèle de la Smart City en Afrique : 

Mis à part son positionnement économique et politique dans le continent africain, le Maroc, avec sa métropole “Casablanca”, aspire à être une référence en matière de Smart City en Afrique. 

Casablanca, la plus grande ville du Royaume, faisant face à une croissance démographique importante ainsi qu’un développement urbain rapide ; sa population était de 4 359 818 habitants, lors du recensement de 2014, faisant d’elle la ville la plus peuplée du pays. 

De ce fait, le capital économique déploie le concept Smart City pour répondre durablement aux enjeux de taille de population, de développement urbain et de limite de ressources naturelles et financières à travers une organisation intelligente de l’espace qui permet d’optimiser les ressources et d’améliorer la relation avec les citoyens via la collecte, la gestion et l’analyse des données fournies par la transformation numérique actuellement en marche au Maroc. 

En octobre 2015, Casablanca a été primée par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE3), la plus large association de professionnels du digital et des technologies de l’information au monde, comme étant la première ville africaine à faire partie du réseau des vingt-cinq villes intelligentes sélectionnées par cet institut.  

Le projet éco-cité de Zenata, situé au nord du Grand Casablanca, constitue un modèle innovant qui utilise des techniques de conception innovantes, notamment en matière urbanistique dans un souci permanent de préservation de l’environnement ; faisant l’exemple d’une véritable Smart City africaine. 

En outre, d’autres villes marocaines s’inscrivent dans cette approche novatrice telles que Tanger et Rabat. 

Au fil de ces dernières années, le phénomène Smart City a visité d’autres pays africains ; plusieurs projets ont eu lieu (la Konza City au Kenya, le méga projet The capital Cairo en Egypte, le projet Green Mosques en Tunisie, etc.). 

Rédigé par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword