Les 7 dimensions du BIM


Les 7 dimensions du BIM

Les 7 dimensions du BIM

Le BIM (Building Information Modeling) est bien plus que la simple modélisation tridimensionnelle (3D) pour laquelle il est connu ; il peut prendre en compte d’autres « dimensions » qui servent à ajouter des informations utiles à l’ouvrage à construire ou à gérer.  

Les dimensions du BIM définissent tous les aspects et toutes les informations qui entrent en jeu dans le processus de numérisation d’un ouvrage ; ils permettent une meilleure utilisation d’informations structurées et fiables dans le but d’établir des échanges sans perte et ressaisie d’informations et éventuellement contribuer au succès du processus BIM  

Les dimensions du BIM sont généralement 7, ils peuvent se retrouver dans un modèle BIM de niveau 2 ou de niveau 3. 

Les dimensions du BIM :  

  • 3D – représentation tridimensionnelle de l’ouvrage : la modélisation tridimensionnelle 3D est la première des dimensions du BIM qui permet aux professionnels de visualiser la maquette numérique de l’ouvrage en trois dimensions géographiques (x, y, z). Le BIM 3D permet les ingénieurs et les géomètres de visualiser l’ensemble du projet plus détaillé et précise, de mieux collaborer entre eux, d’éliminer erreurs, les copies, les interférences, grâce à la mise à jour en temps réel du modèle et d’optimisation les délais et les coûts. 
  • 4D – analyse des temps de construction des ouvrages : la 4D est liée à la planification du chantier en matière du temps ; elle s’intéresse à l’organisation des activités concernant la planification des temps de réalisation du modèle permettant d’extraire et de visualiser l’avancement des activités tout au long du cycle de vie de l’ouvrage. Contrairement aux méthodes traditionnelles pour la gestion de la durée d’un chantier, le BIM 4D garantit une coordination efficace entre les parties prenantes du projet de construction, une gestion pertinente des informations relatives à l’état du chantier permettant la détection des conflits à l’avance ainsi qu’elle permet la visualisation de l’impact des modifications apportées tout au long du cycle de vie. 
  • 5D – analyse des coûts : la 5D concerne l’estimation des coûts, l’analyse et le suivi budgétaire ; elle permet aux promoteurs et propriétaires de projets d’analyser et de déterminer avec une plus grande précision et prévisibilité des estimations des coûts du projet de la construction, des variations de quantités, des matériaux, des équipements et de la main-d’œuvre au fil du temps. 
  • 6D – évaluation de la durabilité : la 6D s’intéresse à l’efficacité énergétique et au développement durable d’un bâtiment neuf ou existant ; la simulation 6D environnemental, permet d’analyser la consommation d’énergie d’un bâtiment et de produire des estimations énergétiques aux étapes de conception initiales. Elle, aussi, assure une prédiction précise des besoins en consommation d’énergie lors des différentes étapes de vie de l’ouvrage. Le BIM 6D veille au respect des 3 piliers du concept de la durabilité (environnemental, en termes de capacité à reproduire et à maintenir les ressources naturelles ; économique, entendu comme la faculté de générer des revenus et du travail, et social, comme générateur de bien-être pour l’homme.). 
  • 7D – phase de gestion des ouvrages réalisés (facility management) : la 7D correspond à la gestion opérationnelle et à la maintenance du bâtiment et de ses composants tout au long du cycle de vie ; elle est utilisée pour suivre les données importantes de l’actif telles que son état, les manuels de maintenance et d’exploitation, les informations de garantie, les spécifications techniques, etc., à utiliser ultérieurement. Le BIM 7D permet une gestion optimisée des ouvrages et de leurs installations de la conception à la démolition, et simplifie les processus d’audit et de maintenance de l’ouvrage et de ses composants. 

En plus des 7 dimensions réglementées, on parle aujourd’hui d’autres trois « nouvelles dimensions du BIM » : la 8D qui concerne la garantie de la sécurité dans la phase de conception et de construction de l’ouvrage, la 9D qui correspond à la construction allégée (Lean Construction) et la 10D qui s’intéresse à l’industrialisation des constructions. 

Rédigé par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword