Palais Al-Bahia, un Héritage de l’époque des Sultans


Palais Al-Bahia, un Héritage de l’époque des Sultans

Palais Al-Bahia, un Héritage de l’époque des Sultans

Conçu par l’architecte Mohammed al-Makki el-Misfioui, le Palais Al-Bahia est l’un des monuments iconiques du patrimoine culturel du Royaume, avec 600.000 visiteurs par an. 

Nommé Al-Bahia (un mot arabe signifiant “la brillante”), il est un chef d’œuvre somptueux qui représente gracieusement l’art architectural marocain de la fin du 19ème siècle, situé au sud de la Médina de Marrakech. 

Art décoratif et architecture mauresque : 

Étendu sur près de huit hectares, il est constitué d’un enchevêtrement de 160 pièces richement décorées d’une sorte qu’il représente la majestuosité de l’architecture mauresque à cette époque : pièces, chambres, appartements, ainsi qu’une mosquée, une école coranique, un harem, un bain maure, des écuries, des jardins islamiques et un Agdal (jardin potager) irrigué par un bassin central. 

Construit, décoré, et aménagé par le savoir-faire des meilleurs artisans du pays de l’époque, il est richement embelli de marbre, de moucharabiehs, de sculptures et peintures sur bois de hêtre et de cèdre, de stuc, de zellige, des premiers vitraux du Maghreb, abritées dans des bâtiments hétéroclites, plusieurs fois modifiés au cours du temps, organisés autour de nombreuses cours, patios, jardins islamiques et jardins andalou-hispano-mauresque verdoyants, luxuriants, rafraîchissants, plantés d’orangers, de bananiers, de cyprès, d’hibiscus, de jasmins, etc. 

Quant aux matériaux utilisés, ils sont à la hauteur du statut du Vizir : Marbre, faïences – zelliges, bois de cèdre ; en effet, les plafonds sont peints à la main ou sont ornés de marqueterie, le mobilier est sélectionné avec goût et les sols sont carrelés avec de la mosaïque traditionnelle. L’utilisation de matières nobles, notamment le marbre et le bois de cèdre raffine davantage l’élégance des pièces. Celles-ci s’organisent autour de jolis jardins aux grands arbres (bananiers, cyprès, jasmins…) et de patios agrémentés de fontaines afin d’apporter de la fraîcheur au lieu. 

Ce palais doté d’une beauté orientale éblouissante, fait preuve de la beauté incontournable de l’architecture mauresque lors du 19ème siècle avec ses détails architecturaux et décoratifs. 

D’un édifice royal à un musée national :  

Bâti par le grand vizir du Sultane Abdelaziz Si Moussa dans les années 1860, dans l’ancienne Médina du Marrakech, ce palais a ensuite été agrandi et embelli de 1894 à 1900 par son fils et successeur Abou Bou Ahmed. Après son accession au poste de Grand Vizir en 1894, Bou Ahmed transforme la Cour d’Honneur en harem ; cet expansion et embellissement du palais de la Bahia ont été motivés par le désir de Bou Ahmed d’accueillir ses quatre épouses et ses 24 concubines. 

À la mort de Bou Ahmed en 1900, le charme envoûtant du palais a attiré le seigneur de la guerre Pacha Glaoui en 1908, qui a déclaré qu’il s’agissait d’un lieu approprié pour accueillir des invités français. Ceux-ci, à leur tour, sont si impressionnés par sa grandiosité architecturale qu’ils expulsent leur hôte en 1912, installant à sa place le résident général du protectorat. 

Une fois le Maroc déclaré indépendant de la France en 1956, le palais a été occupé comme résidence royale, jusqu’à ce que Feu Sa Majesté le Roi Hassan II le confie à la garde du ministère marocain de la culture, afin que le bâtiment devienne une véritable icône culturelle et une destination touristique. 

Encore aujourd’hui, Palais Al-Bahia est ouvert au public en qualité de musée, ainsi qu’à l’occasion de concerts de musique arabo-andalouse et d’expositions d’art -les parties du Palais de la Bahia accessibles au public sont : le petit riad, le grand Riad, la petite cour, la grande cour ou cour d’honneur. De temps en temps, la Famille royale y séjourne dans une zone privée non accessible au public. 

Référence : 

Rédigé par Samah Najmi

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword