Un matériau biosourcé… C’est plus qu’un éco-matériau de construction.


Un matériau biosourcé… C’est plus qu’un éco-matériau de construction.

Un matériau biosourcé… C’est plus qu’un éco-matériau de construction.

« Le recours aux matériaux biosourcés n’est plus considéré à l’heure actuelle comme étant seulement écologique, mais devient capital tant sur le plan énergétique qu’économique. Leurs excellentes performances hygrothermiques, leur isolation thermo-acoustique, leur disponibilité locale et leur prix compétitif en ont fait le meilleur choix pour construire votre maison de demain »

Mouatassim Charai, Chercheur R&D Bâtiments Verts et Haitham Sghiouri, Expert Bâtiments Durables.

Les matériaux biosourcés de construction sont non seulement bénéfiques pour un environnement bâti neutre en carbone, mais ils sont aussi techniquement efficaces en raison de leur porosité qui permet une excellente isolation hydrothermique et acoustique des bâtiments. En plus, ils sont généralement moins chers que leurs homologues conventionnels. Cela est dû, d’une part, à la disponibilité locale de la matière première et d’autre part à l’apport énergétique nécessaire à la fabrication de ces produits, qui est beaucoup plus faible que tout processus de fabrication des matériaux usuels. Cependant, les bâtiments biosourcés peuvent être difficiles à mettre en œuvre en raison du manque de connaissances sur la façon dont ces matériaux émergeants réagiront dans différents climats. 

Ces éco-matériaux de construction, notamment ceux issus de la biomasse végétale, sont en grande partie des matériaux de proximité (c’est-à-dire d’origine locale) et peuvent même être produits sur place, ce qui permet de limiter de manière pérenne les gaz à effet de serre liés au transport. De plus, l’implication du végétale dans le processus de fabrication des éléments de maçonnerie peut donner lieu à des bâtiments bas carbone, qui peuvent même fonctionner comme un puits de carbone (c’est-à-dire élément de stockage de CO2). En chiffres, selon KARIBATI [1], Il est estimé que ces matériaux biosourcés, en France, ont le potentiel d’éliminer les émissions carboniques émises par 425 000 allers-retours Paris-New-York chaque année. 

Maintenant pensez à un matériau typique avec lequel vous interagissez tous les jours. Dans votre chambre par exemple, les plaques de plâtre installées comme faux plafond seront une réponse fréquente. Outre l’esthétique que permet d’avoir ce plâtre, nous avons démontré dans une étude récente [2] que l’utilisation de plaques de plâtre biosourcées avec des fibres de chanvre marocain permet d’économiser jusqu’à 5% d’énergie pour l’opération du bâtiment résidentiel et améliorer considérablement la satisfaction des occupants, notamment pendant la période estivale. Il convient de noter que les économies d’énergie peuvent même atteindre 83 % si l’enveloppe du bâtiment est construite avec des matériaux biosourcés, tout en éliminant 76 % des émissions carboniques [3]. 

Plus récemment [4], nous avons développé une nouvelle pratique durable pour l’écoconstruction (un mur porteur hybride biosourcé) facilitant l’incorporation de la terre hautement biosourcée dans les enveloppes de bâtiments modernes. Le but ici est d’utiliser la terre locale comme composant principal de l’enveloppe afin d’améliorer le niveau de confort thermique et ainsi promouvoir les constructions contemporaines en terre dans les pays en développement, notamment au Maroc. L’étude expérimentale a montré l’efficacité des murs biosourcés dans la régulation des fluctuations de la température et de l’humidité intérieures, entraînant une réduction de significative du pourcentage d’occupants insatisfaits dans les régions chaudes semi-arides. 

Hormis les avantages éco-énergétiques prouvés, cette nouvelle famille d’éco-matériaux de proximité peut engendrer d’importantes retombées socio-économiques tout en renforçant l’économie verte et la création de la richesse au niveau local. En effet, la disponibilité de ces matériaux et leur caractère renouvelable permet de répondre aux trois piliers du développement durable : 

  • Société : la création d’emplois verts ; nouveaux débouchés ; … 
  • Économie : la promotion de l’économie circulaire, produits concurrentiels, approvisionnement local d’écoproduits innovants, … 
  • Environnement : la réduction de l’empreinte carbone (production locale, voire in situ ; matériaux à bilan carbone négatif), valorisation de déchets, …

Les difficultés que rencontre la promotion de ces matériaux sur le marché marocain restent la méconnaissance de leurs propriétés intrinsèques et leurs avantages, le manque de retour d’expérience et de main d’œuvre qualifiée. Pour y remédier, il faut promouvoir l’écoconstruction au Maroc au niveau institutionnel à travers la sensibilisation, les subventions et la recherche et développement dans le but de fournir des fiches techniques complètes et des guides pratiques pour l’accompagnement des futurs professionnels des bâtiments verts au Maroc. 

 

Références : 

  1. KARIBATI 

  1. Mouatassim Charai, Haitham Sghiouri, Ahmed Mezrhab et Mustapha Karkri, Thermal insulation potential of non-industrial hemp (Moroccan cannabis Sativa L.) fibers for green plaster-based building materials, Journal of Cleaner Production (2021). 

  1. Maryam Mehravara, Afsoon Veshkinib, Sohrab Veisehc et Rima Fayaz, Physical Properties of Straw Bale and its Effect on Building Energy Conservation and Carbon Emissions in Different Climatic Regions of Iran, Energy and Buildings (2021). 

  1. Mouatassim Charai, Ahmed Mezrhab et Ligia Moga, A structural wall incorporating biosourced earth for summer thermal comfort improvement: Hygrothermal characterization and building simulation using calibrated PMV-PPD model, Building and Environment (2022) 

Rédigé par Mouatassim Charai, Chercheur R&D Bâtiments Verts et Haitham Sghiouri, Expert Bâtiments Durables.

Write a Message

Your email address will not be published.

Related Posts

Enter your keyword